janvier 06

Mots-clefs

ECONOMIE : Les 5 événements économiques les plus importants de l’année 2014

L’équipe de l’agence Ecofin a sélectionné les événements économiques qui ont, de son point de vue, le plus marqué l’année 2014. Chacun a voté et, au décompte des points, 5 informations majeures se sont détachées.

1) La chute des cours du pétrole

306 Success in Africa01

Le bonheur des uns va faire le malheur des autres. La baisse des cours du pétrole devrait faire gagner quelques points de croissance à l’économie mondiale, selon le FMI. Toutefois, pour les pays producteurs, la pilule est amère, et ceux qui ont trop tardé à diversifier leur économie vont devoir réviser en toute urgence leur business model. Tout du moins si l’on en croit le ministre saoudien du pétrole Ali al-Naimi qui assure que le prix du baril ne remontra plus jamais à 100 dollars. L’OPEP veut maintenir le prix du baril en dessous du seuil de rentabilité du pétrole de schiste. Il sera donc prudent, pour les pays qui comptaient sur les hydrocarbures non-conventionnels pour assurer leur avenir, de réfléchir à un plan B.

2) Le Nigeria devient la première puissance économique du continent

306 Success in Africa02

L’actualisation du mode de calcul du PIB a permis au Nigeria de dépasser l’économie sud-africaine et de se hisser sur la première marche du podium africain. Le ralentissement de la croissance en Afrique du Sud devrait contribuer à renforcer le leadership continental d’un Nigeria de plus en plus entreprenant, en dépit des actes effroyables de Boko Haram, des tensions politiques à l’approche des élections présidentielles et de la baisse brutale des recettes pétrolières. Rien ne semble en mesure d’arrêter la marche de ce futur géant qui vient d’annoncer la création de 3,5 millions d’emplois dans l’agriculture en 2015.

3) Les conséquences économiques d’Ebola 

306 Success in Africa03

C’est en grande partie grâce aux nouvelles technologies que l’épidémie Ebola a été, jusqu’à ce jour, contenue à trois pays d’Afrique de l’Ouest. Le Nigéria, notamment, est ainsi parvenu à éradiquer ses foyers d’infection en quelques semaines. Le pire a également été évité au Sénégal et au Mali. Reste que pour la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria, trois pays dont les infrastructures de santé sont dramatiquement sous-développées, les conséquences sont tragiques avec plus de 20 000 personnes infectées et bientôt 8000 morts.

4) Le succès des eurobonds africains sur le marché international des capitaux

306 Success in Africa04

En 2014, les gouvernements et entreprises d’Afrique subsaharienne auront levé plus de 17 milliards de dollars sur le marché international des capitaux. C’est une progression de plus d’un tiers en une année. Les gouvernements ont levé près de 12 milliards : 2 milliards de dollars pour le Kenya, 750 millions pour la Côte d’Ivoire, 1,67 milliard pour l’Afrique du Sud, 2 milliards pour l’Ethiopie, sans parler des sukuks (500 millions de dollars pour l’Afrique du Sud, 200 millions pour le Sénégal…)

Les entreprises ne sont pas en reste avec près de 5 milliards de dollars levés cette année dont First Bank of Nigeria pour 450 millions ou encore Ecobank pour 250 millions. Il semblerait que l’Afrique ne fasse plus peur aux capitaux…

5) Le retour de l’agriculture parmi les priorités africaines 

306 Success in Africa05

En 2015, le Nigéria veut booster son agriculture pour soigner sa dépendance au pétrole. La RD Congo prend également conscience de son immense potentiel agricole et en fait une priorité. Les Etats africains, dans leur ensemble, veulent cesser d’importer massivement la nourriture, notamment le riz, et font de l’autosuffisance alimentaire l’alpha et l’oméga de leurs programmes économiques. Les jeunes sont invités à s’intéresser à la terre. Les patrons camerounais du GICAM lancent le mouvement « Un patron, une plantation ». L’idée est reprise par leurs confrères ivoiriens. Les TIC s’emparent des problèmes du secteur et les transforment en solutions. Partout, l’Afrique passe au vert.

Parmi les autres événements les plus cités on retiendra également 

  • La suite des aventures d’Ecobank avec le départ mouvementé de Thierry Tanoh, suivi de l’entrée au capital de Qatar National Bank et de Nedbank.
  • Le traité de la Comesa qui va créer une zone de libre échange de 27 pays africains du Caire au Cap.
  • Les déboires des banques sud africaines sanctionnés par les agences de notation et touchées par la faillite d’African Bank Investment Ltd
  • L’émergence d’une classe africaine de super riches dans les classements mondiaux
  • La multiplication des projets d’énergie solaire sur le continent
  • Le lancement officiel du Grand Inga, le plus grand projet d’infrastructures de l’histoire africaine.

Sur le plan sectoriel, 

TIC & Télécoms 

  • Le lancement d’une stratégie continentale sur 10 ans pour développer les TIC
  • Le lancement en Guinée du programme d’externalisation de MTN
  • La réorganisation des opérations africaines de Bharti Airtel
  • La prise de contrôle de Maroc Telecom par Etisalat

Secteur extractifs 

  • Les importantes découvertes pétrogazières sur la facade ouest du continent
  • La fin des grèves dans le secteur minier sud africain
  • L’engagement du groupe De Beers pour le diamant marin en Namibie
  • Le parc des Virunga (RDC) sauvé de l’exploration pétrolière de Soco International

Agro 

  • La production record de cacao en Côte d’Ivoire sur fond de menace de pénurie mondiale
  • Les projets marocains dans la production d’engrais pour l’Afrique
  • L’intérêt de la Russie pour les produits agricoles africains, suite à sa brouille avec l’Europe
  • L’offensive des leaders mondiaux de la restauration rapide en Afrique
  • L’échec persistant de Tiger Brands au Nigeria avec Dangote Flour Mills

Source :  Ecofin