novembre 15

Bretagne: Un sans-papiers sacré meilleur ouvrier de la région

Son nom est désormais inscrit au palmarès des meilleurs ouvriers de Bretagne. Son nom pourtant, l’administration française ne le connaît pas. Sans-papiers, Williams Kemadjou Tchatchoua vient de recevoir la médaille d’or du meilleur ouvrier en métallerie de Bretagne. Une vraie revanche pour ce Camerounais d’à peine 18 ans.

« En Afrique on ne vit pas, on survit »

Arrivé en France après la mort de son père et le départ de sa mère, le jeune homme a un parcours hors du commun. En janvier 2014, il traverse le Nigeria, le Niger, l’Algérie et le Maroc, à moto, voiture, taxi-brousse, fourgonnette, bus, train de marchandises ou encore à pied. Avant de tenter trois fois de franchir la frontière de l’enclave espagnole de Melilla. « En Afrique on ne vit pas, on survit », explique-t-il pour justifier son départ.

Il se retrouve ensuite à Paris, erre quelques jours dans la rue, avant de décider de quitter la capitale. Un peu par hasard, ce sera la gare Montparnasse. Le premier train au départ l’emmène à Rennes puis Quimper. « Je ne savais même pas où j’étais », s’amuse-t-il désormais, avouant avoir confondu le breton avec de l’allemand.

Pendant deux mois il suit des cours au lycée Vauban de Brest avec des élèves en échec scolaire, avant d’entamer en septembre 2015 un CAP en métallurgie serrurerie. « Il est très motivé et intéressé, toujours demandeur et souriant », résume Dominique Donval, directeur adjoint du lycée, qui prend en charge une partie de ses frais de scolarité. « Il a commencé de zéro, mais il apprend très vite, c’est une perle », poursuit-il.

« Il peut être arrêté »

Le lycée le sélectionne pour participer aux olympiades régionales des métiers à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Il en repartira mi-octobre avec une médaille d’or après avoir fabriqué en trois jours une hydrolienne de 40 kg, un engin dont il découvre l’existence en même temps qu’il le façonne.

« Williams nous a beaucoup étonnés. Il est arrivé sans aucune expérience professionnelle, contrairement aux autres participants » en BAC pro, se souvient Lionel Moretto, l’un des membres du jury. Il participera aux finales nationales à Bordeaux en mars prochain, avant de peut-être s’envoler pour Abou Dhabi en octobre 2017 pour représenter la France à ce concours international.

« A n’importe quel moment il peut être arrêté et ramené au Cameroun », rappelle cependant l’un de ses anciens éducateurs Samuel Join, qui continue à le suivre bénévolement.

Retrouvez l’article ici