avril 05

Musique : «Concepteurs d’anges» au service des enfants handicapés

Lancé en décembre dernier dans le but de venir en aide aux associations œuvrant dans l’accueil des enfants en difficulté, présentant un handicap, le projet musical de Léa Mamê espère fédérer de nombreux autres artistes du continent.

«Malgré ton handicap, malgré ta différence et ta fragilité, malgré ton albinisme, Dieu choisit avec précaution les cœurs des concepteurs d’anges». C’est en ces quelques mots que Léa Mamê, qu’accompagne le slameur Fabio Giberti, résume son prochain combat. Celle qui se définit comme «une artiste autodidacte et activiste» envisage de mettre son art au service d’une cause qu’elle estime importante pour le continent africain : la prise en compte des souffrances des enfants en difficulté, victimes d’un handicap visible ou non. Dans la ligne de mire de l’ancien mannequin, l’autisme, l’albinisme et tous les autres handicaps moteurs ou psychologiques. Après avoir passé une dizaine d’années dans le théâtre, s’être essayée à l’écriture, Léa Mamê n’a plus qu’une idée : mettre son combat en musique.

Pour la chanteuse, qui dit avoir eu comme une révélation, la démo intitulée «Concepteurs d’anges», mise en ligne en décembre dernier, est un appel à l’implication d’autres artistes. «Pour moi, il s’agit de fédérer, de manière bénévole, le plus grand nombre de chanteurs autour d’un combat que j’estime noble, en vue de venir en aide aux familles africaines touchées par le handicap, alors que celles des pays occidentaux tels que la France font également face aux mêmes difficultés, en termes de soins et de suivi», a-t-elle confié, avant d’ajouter : «Il est important de rappeler que les retombées financières de cette chanson iront aux associations d’aide à l’enfance et à leurs familles. Il s’agira donc pour les artistes intéressés par le projet d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de ces jeunes handicapés».

Encore à l’étape de démo, la chanson, composée en partenariat avec SoilVibrates, est chantée en lingala et en français. Elle est accessible sur https://soundcloud.com/projet-musical-l-amame/concepteurs-d-anges. «Je suis bel et bien gabonaise, mais le choix du lingala m’a été imposé, aussi bien par la mélodie que j’ai reçue en rêve que par le besoin de montrer que ce projet s’adresse à tous les pays du continent africain, dont le Congo où cette langue est parlée», a-t-elle expliqué. «Ta différence n’est handicapante que pour des personnes ignorantes. Ta différence n’est visible que par le simple d’esprit. Tu es unique, c’est une richesse pour notre univers diversifié», lance-t-elle tel un refrain.

Retrouvez l’article ici