février 14

Entrepreneuriat : déjà 10 000 candidatures au programme de soutien de la fondation Élumélu

En un mois et demi, le programme de soutien de Tony Elumelu aux entrepreneurs africains, doté de 100 millions de dollars, a reçu 9635 candidatures, dont 20% provenant d’Afrique francophone. Les candidatures se terminent dans 16 jours.

Annoncé le 1er décembre à Lagos, le programme pluri-annuel de soutien aux entrepreneurs africains lancé par la Fondation Tony Elumelu et doté de 100 millions de dollars sur dix ans suscite l’adhésion. Selon des chiffres communiqués par la Fondation à Jeune Afrique, le 1er round de sélections, ouvert depuis le 1er janvier et qui se terminera fin février, a attiré 9635 candidatures.

Le processus, qui se déroule entièrement en ligne (sur le site de la fondation : www.tonyelumelufoundation.org/TEEP) et dans trois langues : anglais, français et portugais, s’achèvera dans 16 jours. Ensuite, un comité de sélection (dont la composition avait été annoncée en décembre et qui compte désormais également parmi ses membres Amadou Hott, patron du Fonds souverain sénégalais) retiendra les 1000 meilleurs dossiers, qui profiteront de formation et tutorat en ligne, participerons à un bootcamp ainsi qu’un à grand forum, avant de bénéficier, une fois leurs business plans complétés, de deux tours de financements de 5000 dollars chacun.

20% de francophones

60% des candidatures reçues proviennent d’Afrique de l’Ouest (avec un poids très important du Nigeria), 15% d’Afrique de l’Est, 3,5% d’Afrique du Sud, 3% d’Afrique centrale, 1,5% d’Afrique du Nord, et 17% hors d’Afrique.

Au final, 20% environ des dossiers sont le fait d’entrepreneurs d’Afrique francophone, un niveau que les équipes du Tony Elumelu Foundation Entrepreneurship Program (TEEP) aimeraient muscler encore dans les quinze jours qui restent.

« Le programme pour l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu est une initiative panafricaine centrée sur l’autonomisation des entrepreneurs africains, a rappelé à Jeune Afrique Tony Elumelu, un entrepreneur qui a fait fortune dans la banque (United Bank for Africa) avant de se développer dans d’autres secteurs (hôtellerie, énergie, etc). Bien que la Fondation soit basée au Nigeria, nous sommes entourés par plusieurs pays francophones qui font également naître certains des prochains chefs d’entreprise leaders en Afrique. La nature diversifiée des candidatures reçues à ce jour montre que notre situation géographique ne nous a pas limités au seul marché anglophone. Nous sommes ravis de voir les candidats de tout le continent candidater sur notre portail en ligne.  »

Plus d’une vingtaine de secteurs d’activité, du textile à la santé en passant par l’hôtellerie, sont représentés dans les dossiers de candidature reçus. L’agriculture arrive en tête, avec 17,5% des dossiers, suivie par le secteur internet-télécoms-techologies (11,2%) et l’éducation-formation (10,9%).

Source :  Jeune Afrique