novembre 09

Mots-clés

Tout Ce Qu’Il Faut Savoir Avant d’Intégrer Une École De Commerce En Afrique Francophone

Les Ecoles de Commerce et quelques universités font partie intégrante de l’écosystème startup d’un pays, au même titre que les incubateurs, les structures de mentorat d’affaires ou les réseaux d’Anges Financiers et constituent le Saint- Graal du système éducatif pour les bacheliers, les étudiants et les cadres qui souhaitent changer radicalement de cap dans leur carrière. La majorité des diplômés de ces établissements ont de très fortes chances de trouver un emploi avant même la fin de leurs études

 

Les écoles de commerce permettent aux futurs diplômés de disposer de compétences pluridisciplinaires pour exercer des fonctions au sein de groupes prestigieux ou créer une startup

 

 A lire également:  » 8 Conseils & Astuces Pour Mener Votre Start-Up Au Succès «  

 

HEC, l’ESSEC, Harvard ou Wharton demeurent un rêve presque inaccessible pour de nombreux étudiants du continent africain, auquel il faut ajouter les contraintes financières, les problèmes d’ordre administratif liés à l’obtention de visa, les problématiques liées à la reconnaissance des diplômes africains et leurs équivalences, les frais de scolarité exorbitants et les difficultés de logement.

 

Une rubrique du journal Jeune Afrique rassemble les classements annuels des grandes écoles de commerce africaines francophones. Seuls quelques établissements sénégalais et ceux des pays du Maghreb figurent dans le top 10 de ces palmarès, et surtout dans le top 100 du classement mondial des Business Schools effectué par d’autres journaux. Cela signifie-t-il que les écoles de management des autres pays du bloc francophone sont de mauvaise qualité ?

 

Partant de ce constat, pourquoi ne pas tester d’autres Ecoles de Commerce non citées? la conjonction de facteurs favorables sur le continent tels que l’émergence à grande échelle des classes moyennes, la dynamisation des secteurs porteurs comme la téléphonie mobile, l’agro-business, la santé ou la finance et le nombre record  des réformes visant à améliorer l’environnement entrepreneurial dans la région a sans aucun doute incité ces écoles de management à prendre des dispositions à la hauteur de enjeux pour dispenser une formation d’excellence en adéquation avec les besoins des entreprises et ambitionner de se hisser aux standards académiques internationaux.

 

A lire également:  » Ce Que Tout Investisseur Devrait Savoir Sur L’Afrique « 

 

Si vous êtes candidat,  n’optez pas pour un établissement à l’aveuglette pour autant, mais effectuez plutôt un véritable travail de détective en contactant directement les recruteurs, les réseaux d’anciens élèves et les représentants des écoles de commerce ciblées, un an à l’avance. Cette opération va vous permettre de ne pas être entièrement influencé par les classements des différentes presses (ou intégrer ce classement comme un élément parmi toute votre réflexion) et de tenir compte uniquement de vos propres intérêts.

 

Pour vous y retrouver dans la multitude des offres, les renseignements demandés  devront porter sur

 

–       1°) Sélectivité / Exigence: l’école recrute-t-elle  exclusivement via les classes préparatoires ou bien sur dossier ou en admission parallèle (BTS, IUT …) ? Accepte-t-elle uniquement des candidats déjà dotés d’une solide expérience professionnelle ?

 

–       2°) Ouverture à l’international : l’école envoie-t-elle ses étudiants en mission professionnelle obligatoire  à l’étranger ? Tout ou partie du programme sont-elles  dispensées en Anglais ? Existe-t-il des partenariats avec des universités labellisées américaines, chinoises ou françaises par exemple, permettant aux étudiants d’y passer une partie du cursus?

 

–       3°) Nombre d’accréditation : l’école est-elle en négociation pour la reconnaissance de la qualité de ses programmes auprès d’organismes connues tels que l’’European Foundation for Management Development (EFMD), l’Advance Collegiate Schools of Business (AACSB) ou l’Association of Masters in Business Administration (AMBA) ?

 

–       4°) Qualité des rapports avec la sphère entrepreneuriale : Quel est le temps minimal passé en entreprise ? le nombre de stages offerts par le service d’insertion professionnelle de l’école ? Existe-t-il des dispositifs d’accompagnement internes pour faciliter l’entrepreneuriat (incubateurs, accélérateurs co-working…)

 

–       5°) Richesse pédagogique : par exemple,  les Nouvelles Technologies ont-elles une place prépondérante dans le programme de l’école ? l’école propose-t-elle un diplôme de grade master (Bac+5) ? Les cours sont-ils réellement dispensés par des enseignants-chercheurs ou des professionnels de l’entreprise ?

 

–       6°) Prestige / Popularité : quel est la cote de l’école auprès des employeurs et des étudiants ?

 

–       7°) Qualité de vie dans le pays: cout du transport / logement / Nourriture / Frais de santé

–       8°) Les Salaires des diplômés: les rémunérations octroyées au sein des entreprises locales sont-elles aussi attractives que celles données dans les firmes nord-américaines ou européennes ?

Lire la suite ici

                                           Auteur: Harley McKenson
Fondateur & Gérant de www.McKenson-Invest.com